• La deuxième activité après le dodo qui accapare la quasi totalité du temps d'un chat :

    Le toilettage !

     

    Ça peut prendre des heures (entrecoupées de dodos quand même), à grand renforts de léchouilles bruyantes (à tel point que je suis incapable d'en imaginer l'onomatopée, c'est un truc entre le bruit mouillé et le reniflage compulsif de celui qui s'étouffe dans ses propres poils). C'est en tout cas un des grands kiff du chat. La toilette ça prend presque tout le reste du temps éveillé, parfois même à moitié endormi, c'est primordial tellement ces bestioles tiennent à être propres (à leur manière en tout cas, mais parlez leur des poils qui traînent, ça les dépasse et ne les dérange pas le moins du monde)...

    Observez, tout de même, la grâce du chat en plein toilettage :

     


    votre commentaire
  • La vie d'un chat est simple, et évidemment la première des chose, celle qui lui prend le plus de temps, au moins 20h par jour :

    Le dodo !

    Sur du linge fraîchement lavé bien sûr, c'est beaucoup plus agréable...


    2 commentaires

  • votre commentaire
  •  

    Vous aurez remarqué sans doute que mon nom comporte sans conteste l’appellation commune que nous donnons à de chères petites bêtes duveteuses et ronronnantes. Et bien oui, je suis fan de chat. Inexplicablement la vision d’un chat ou pire d’un chaton, me fait bafouiller un langage que même le chat (surtout le chat) ne comprend pas. Des choses du genre « rhô l’é crômeugnon ce ti minoulà » ou « maicé-àqui cette boule là ! ». Bref la honte quoi.

    J’admets avoir quelques problèmes d’élocutions quand un chat passe par là, mais il n’empêche que je ne suis pas comme une mère tellement gaga de son enfant qu’elle devient aveugle au machiavélisme manifeste du dit enfant ! Non, non, non, je suis bien consciente que le chat est un vrai petit con. Et d’autant plus que je les fréquente depuis assez longtemps et les observe donc avec une sagacité que seul un esprit félin peut percevoir (oui parce qu’il faut savoir que je suis mi-homme, mi-chat, euhhh et mi-femme). À force de les fréquenter un mimétisme commence à naître, mais dans un seul sens, le chat ne deviendra jamais humain, ce serait trop la loose pour eux.

    Or donc, gâteuse certes, mais pas tant que ça, c’est ainsi que le surnom le plus courant qui échut à mon chat (belle allitération) fut : « Pétasse ». Petit sobriquet auquel elle répond sans se méfier de la perfidie du terme ! (Quand je vous dis que j’ai pris des habitudes de chat, me voilà sadique maintenant !)

    Ho oui, car les chats sont des sadiques, de vrais salopards, je mesure bien mes mots.

    Avez-vous remarqué par exemple que le chat de base montre ostensiblement son trou du cul ?

    Vous me direz qu’il s’agit sans doute de son manque de conscience de lui même qui l’amène à n’être pas gêné de son anatomie. Et pourtant il est prouvé depuis longtemps que le chat éprouve de la honte comme un être qui serait doué de conscience. Par exemple mettez vous à rigoler lorsque patatra ! après une tentative de montage de meuble, même pas haut mais trop pour ses ambitions, le chat s’étale comme une crotte sur le lino et vous aurez l’impression de le voir rougir, ça le vexe indubitablement.
    Bref moi je n’y crois pas à cette histoire de conscience, si les chats n’avaient pas un minimum de conscience, en fait, ils ne serviraient à rien. Tout comme l’homme, dont le but semble être la destruction systématique de tout ce qui l’entoure, le chat semble avoir pour seul but de venir nous emmerder nous ! (Serait-ce la nature qui nous rappellerait à l’ordre… ?). Le seul problème c’est que quand on aime un peu ces animaux diaboliques c’est qu’on a forcément un vrai bon fond (il faut savoir faire preuve d’abnégation), et donc les méchants boivent pendant que les gentils trinquent ! Merci mère nature !

    Bref ! Prenez par exemple un chat, européen de base, sociable comme un vrai chat peut l’être, c’est à dire quand c’est l’heure de manger principalement, mais en tout cas quand lui a décidé ! Et justement c’est l’heure du câlin. Vous, vous êtes en train de manger alors bon, le câlin c’est pas le moment pour vous. Mais le chat doit avoir pour ancêtre la mule parce qu’il insiste, et insistera jusqu’à ce que vous cédiez. Vous cédez donc, au bout d’une heure de bataille. Le charmant petit chat tout ronronnant entreprend donc de vous grimper sur les genoux à grand renfort de griffes avec le regard qui dit « tain, mais t’es pas assez plate et assez dur, c’est pas stable ici, mais tant pis j’ai fort heureusement des outils très pratiques pour rester en place » et là schliiiigggg une griffe sort et s’enfonce dans votre cuisse. Maudit chat…
    Ça ronronne, (ça hurle aussi de douleur de votre côté), ça ferme les yeux de plaisir, il vous donne tellement l’impression d’être le super héros de son bonheur que vous supportez relativement sagement (c’est à dire que vous ne lui collez pas une baffe pour le faire gicler) les mini-coupures qu’il vous assène dans une vague réminiscence de son enfance au temps où il tétait encore.
    Et là, il se retourne et vous colle son trou du cul sous le nez ! La queue tendue il semble dire « caresse moi le dos », mais je suis sûre qu’il prend un malin plaisir à vous rabaisser.

    Déjà que vous étiez moyen d’accord au départ pour le câlin (la soupe refroidit quoi !) et qu’en plus il transforme vos jambes en gruyère, le coup du cul sous le nez, là, je suis sûre qu’il le fait exprès ! Car le chat a toujours raison et qu’il aime le faire savoir. Le chat est Dieu et ça aussi il aime le faire savoir. Donc lorsque vous respirez ses fragrances anales, vous vous rendez complices du plus grand mensonge du monde félin, à savoir qu’ils se croient supérieurs à nous.

    Cela dit je me demande parfois s’ils ne le sont pas vraiment…

    Sur ces bonnes paroles, je vous conseille vivement le livre de Terry Pratchett intitulé « Sacrés chats ! ». Enfin, pour les amoureux des chats mais quand même pas ceux qui aiment les chatons tout mignons avec des petits nœuds autour du cou du calendrier des PTT… Car le vrai chat n’est pas mignon…
    Et pour finir une petite citation on ne peut plus vraie : Le chien pense : ils me nourrissent, ils me protègent, ils m'aiment, ils doivent être des Dieux. Le chat pense : Ils me nourrissent, ils me protègent, ils m'aiment, je dois être Dieu. (Ira Lewis)

     

     


    5 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique